CRITIQUE LITTÉRAIRE DU LIVRE LES PAGES MARQUANTES

Hello mes Ladies J’espère que vous allez bien…

Aujourd’hui on se retrouve dans ce nouvel article, où je vous présenterai mon coup de coeur du mois, qui est la critique littéraire d’un lecteur faite sur mon livre publié récemment.

Pour ceux/celles qui ne le savent pas, ça va faire 5 mois environs que j’aie partagé dans la rubrique e-book du blog, mon livre intitulé « les pages marquantes«  pour le lire cliquez-ici ; Ensuite j’avais suggéré à tous les lecteurs/lectrices de me faire des retours de tout genre (critique, remarque, appréciation), afin que je puisse m’améliorer dans la suite de mon récit.

20180204_133223

Voici la critique en question..

LES PAGES MARQUANTES écris par Lady BV2G ; genre : roman ; thèmes principaux : famille, amitié, jalousie
<<Critiquer un livre écrit par une amie, c’est se condamner au départ, du moins selon une loi non-écrite de la critique, à la non-objectivité. Piège à double tranchant que celui-là, puisque le critique pour incliner à la flagornerie systématique aussi bien qu’à un négativisme homicide qu’une certaine notion de l’éthique professionnelle, nous incline à croire plus objectif et plus conforme à la franche vigueur de l’amitié>>
Néanmoins tu mérites mieux que cela et malgré l’affection que je te porte j’essayerai avec objectivité de donner mon avis sur ton œuvre. Déjà Beaucoup de termes médicaux m’ont fait plaisir moi le médecin ‘Suite à un gargouillement au ventre elle se précipita dans la cuisine et se réchauffa à manger’,’ au chef pompier d’apporter son diagnostic’,’ ‘Oui très bonne hypothèse’ ou encore ‘j’ai ma prostate qui n’est plus la même ces derniers ; temps’ tu n’as pas oublié tes racines médicales c’est bien.

Tu as d’emblée donné l’intonation avec la famille Anderson ‘S’il te plait peux-tu laisser ton téléphone pour une heure et venir nous aider nous tes pauvres parents à décharger’ on sent bien que la fille n’est pas totalement en phase avec ses parents, reste à voir plus tard pourquoi.
A la page 6 j’aurai aimé en lieu et place de ‘il la baisa sur le front’ lire plutôt ‘il l’embrassa sur le front’ bien que ce ne sont que des synonymes ,la première est d’une grande vulgarité qu’elle arrive à me faire penser une seconde du moins à un acte sexuel imminent, un inceste mais la suite a tout résolu…peut être que c’est prémédité de ta part, que sais-je !
Globalement le premier chapitre est assez synthétique et super bien présenté, tu es rentré directement dans le vif du sujet, le plus souvent dans les livres que j’ai lu il faut beaucoup de temps et de concentration dans les premières séquences pour appréhender les personnages principaux. Dans ton livre on arrive sans grande difficulté à intégrer ces personnages et ça c’est remarquable.
Mais là où je mettrai un bémol, c’est que je m’attendais, bien que ce n’est que la partie des rencontres, à au moins avoir une idée sur les principaux thématiques traités dans le livre, je ne te demande pas de me dévoiler déjà l’intrigue de ton écris, mais un goûter qui m’inviterai à poursuivre la lecture, à me tenir en halène
Dan ce 2e chapitre Il ya des passages où tu pointe du doigt avec finesse notre quotidien, notamment la mort brusque de cet homme chez la famille Canvenlier où tout le monde parle sans rien savoir sur quoi que ce soit, une réalité aujourd’hui que tu racontes avec pas mal d’humour et permet au lecteur de s’adhérer encore plus fort à l’histoire. Mais le bémol encore une fois que je mettrai sur la partie, c’est que il manque beaucoup de suspens, il y’en a eu qu’un seul suspens finalement : on pense qu’il y a probablement un tueur dans la ville, serait vraiment intéressant que tu nous propose une séquence, un ou deux paragraphes pendant lesquels par exemple Vieira et son amie décidèrent de se rendre à la soirée de cliver et au retour parce que entre temps elles n’arrivèrent plus à supporter l’ambiance de la soirée, elles seront suivi par une personne de grande taille, en capuche en tout cas tu décris une scène qui ferait croire au lecteur qu’elles sont en danger et, les filles pensaient probablement que c’est l’assassin présumé ; mais à la fin l’homme passe sans rien faire, plus de peur que de mal….et comme ça au moins un petit battement de cœur tu l’aura provoqué chez le lecteur
Cette 3e partie celle des surprises est vraiment à la hauteur de son titre, beaucoup de surprises et d’intensités, c’est un chapitre rocambolesque mais alors vraiment quoi, qui aurait penser en débutant la lecture que Glycane serait autant jalouse jusqu’à commettre des crimes. En revanche comme dans chaque partie il faut une critique constructive alors j’ai trouvé ici qu’une erreur de forme à la Page 17, une erreur de frappe peut être mais deux fautes grammaticales quand même dans la phrase ‘-Juste le temps qui fallait pour voir comment ma petite fille à grandir’ tu devras écrire plutôt ‘juste le temps qu’il fallait,… à grandit’
Enfin la 4e partie était tout aussi intéressante, mais là où je suis pas du tout d’accord c’est avec le contenu de cette phrase s’agissant des journalistes ‘aucun d’eux ne voulurent faire une déclaration pour éviter d’apeurer la population sans éléments de preuves concrètes’, Depuis quand un journaliste se prive-t-il de divulguer des informations ? Ce sont des gens qui ne s’intéressent qu’à leur audience et pour créer un buzz mais surtout pas chercher la quiétude de la population, ça c’est pas un journaliste.
A la page 27 de cette 4e partie tu écris ‘ce genre de stupéfiants font partie de la liste contestable par l’état’ c’est mieux à mon avis de dire juste substances illicites au lieu de liste contestable par l’Etat. Mais si tout de même tu veux garder ta phrase essayes d’écrire Etat avec E majuscule, car état avec e minuscule veut dire situation actuelle, situation personnelle et non pas Etat comme personne morale c’est une faute d’orthographe. Et encore page 36 ‘une nouvelle pièce à condition’ plutôt une pièce à conviction tu voulais dire j’imagine.
Tu expliques bien comment un crime peut conduire à un autre avec le meurtre de madame Soutte et surtout un enfant adoptif reste adoptif, quoi qu’on dise.
Une fin mordante, époustouflante mais on voit clairement qu’il ya une suite à venir dans l’histoire .
Bref j’ai aimé le contenu du livre, un texte narratif sans trop forcer. Tu écris on a l’impression avec les premiers mots qui te viennent et ça c’est originale, bref c’est toi…j’attend sa sortie pour m’en procurer et félicitations pour ce travail car tu l’aura compris je suis pas seulement un bon étudiant en médecine toute modestie gardée mais j’aime beaucoup la littérature. Bisous !

ABOUBAKAR TAHA

L’offre tient toujours, à l’attention de tous les lecteurs/lectrices si vous aimerez partager vos avis, suggestions, remarques et critiques sur mon livre publié dans la rubrique e-book du blog (cliquez-ici pour le lire), faites-le moi parvenir soit par commentaire ou par e-mail (direct dans la rubrique contact), je suis à l’écoute et ouverte à toute discussion (en rapport avec le livre).

Merci de m’avoir lu, j’espère que vous aviez apprécier mon coup de coeur et vous quel est le vôtre ? Dites-le moi en commentaire.

Surtout n’oubliez pas de liker, commenter et pourquoi pas vous abonnez par la même occasion.

Love you


LIRE MON LIVRE ICI —>20180204_133223

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s